lundi 1 août 2011

Premiers fragments sur l'Hypnozoïque

  Prélude à la révélation.   John Szetla passait du temps à attendre derrière son guichet et il lui venait ces idées de curieuses théories. « J’adore ce boulot, oui je l’adore et ce lieu est loin de m’être désagréable, avec ses règles absurdes et ses habitants-employés. Tout y est tardif, tout y est rocailleux et tardif. Tardif, c'est-à-dire comme l’ambiance fin de siècle dans laquelle on se trouve, tardive comme le crétacé tardif, ère de volcanisme lent et toxique, une époque d’approfondissement thermique et de... [Lire la suite]
Posté par monsieure à 01:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 26 juillet 2011

The Roof is my Ground, la Stégosphère.

Un matin, Marla Zemanova se leva d'un pied assez mal assuré, soit ni bon ni mauvais, mais comme enrobé de tous les matins précédents. Elle se leva et porta son corps jusqu'à la fenêtre de sa chambre du sixième étage, distante de deux mètres de son lit. En penchant son regard vers mars et vers l'air froid du matin, elle vit sétaler en-dessous d'elle l'enchevêtrement infini des toitures, ponctué de loin en loin par les constructions aux toits plats et aux figures lisses. Au fond de sa rétine les toitures luisants ressemblaient aux... [Lire la suite]
Posté par monsieure à 14:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 9 juillet 2011

The Red Skeleton

"Comme le Monde est petit, ou comme les occurences sont étrangement faites. Bien ou mal faites, mon problème n'est pas là. capacité de détachement. Il n'y a plus aucun espoir de quoi que ce soit. Dans le noir, la piquette ressemble au grand cru, et le picrate est du champagne. Qui se lèvera encore avec plaisir pour ces balivernes? Blue Monday. Normal 0 21 MicrosoftInternetExplorer4 /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Table Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; ... [Lire la suite]
Posté par monsieure à 10:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 27 septembre 2010

Mes aventures sur la Loire

Ami lecteur J’aurais pu, quelques temps auparavant et sans les conseils d’illustres personnes et quelques bonnes conversations, titrer le présent texte « suite ou début ou partie indéterminée  des aventures de Darius et d’Alexandre », et écrire différemment. Or je n’en ferais rien. Autant  Darius qu’Alexandre sont des personnages de fiction et j’ai, à ma grande honte, parfois (cf. le texte précédent) fait vivre à ces deux quidams des aventures que j’ai moi-même vécues. Pourquoi cette étrange pudeur me demanderez-vous... [Lire la suite]
Posté par monsieure à 09:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
lundi 20 septembre 2010

Upon the Loire River

La fin du Monde s’est effectivement imposée comme la seule issue ou alors la seule réalité. Tout le Monde a accepté la dissolution de la civilisation. Puis, certains on déjà parlé de relancer le processus et des centaines d’architectes utopistes rebâtissent les villes. Tous les ouvriers optimistes qu’on interroge donnent une seule réponse : « on ne fera pas la même erreur que la première fois ». Laissons-là les grandes reconstructions. Loin dans les terres, Alexandre et Darius, les éternels ennemis, se tirent d’affaire... [Lire la suite]
Posté par monsieure à 00:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
mardi 8 décembre 2009

Le Retour

Bonsoir; J'ai décidé de recommencer à vous infliger ma prose. Je l'ai fait parce qu'il y a urgence, que si j'étais amené à disparaître prochainement, vous auriez pu ne plus jamais entendre parler de moi. J'espère pouvoir encore partager un certain temps ce que je fais, dans cette naissante forme blogguesque. Voici des pièces de réflexion, dans le désordre. Et à sa ceinture, pendait... une ceinture. Vous savez, j'ai moi-même une ceinture... il n'y a rien de très étonnant  là-dedans... Désolé de vous décevoir sur ce... [Lire la suite]
Posté par monsieure à 21:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
dimanche 19 juillet 2009

Les aventures de John

George s’offrit, sous une lumière électrique, un merveilleux paysage : des canyons sublimes, creusés avec élégance, des régions lacustres où planait une ombre vague, de vastes plaines humides et rocailleuses arrosées de longs fleuves alanguis… Sous la nuit calme, ce monde jusqu’alors inconnu reluisait  de chacune de ses pierres polies. Ces froides cavernes manufacturées, lisses de béton, étaient vides de toute vie.  Cependant dans les coins des résidus vains et fonctionnels gris industrie, et partout des ouvertures... [Lire la suite]
Posté par monsieure à 21:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 27 janvier 2009

Photographie

Les pélicans m'ont volé mon livre. Avant la fin de la semaine je l'aurais pour vous montrer la prochaine illustration, voir même les deux prochaines. En attendant je m'occupe de poésie et de photographie, de minimalisme en photographie plus exactement. Voyez plutôt:
Posté par monsieure à 20:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]