dimanche 21 mars 2010

Les Mathoeufs, leur Vision.

Poursuivons si vous le voulez bien la tâche incongrue d’étudier la physiologie du Mathoeuf, et faisons le de manière récréative, avec des couleurs.

Qu’en est-il de la perception des couleurs chez les Mathoeufs? Quel est le rapport de la perception de la couleur avec l’émotivité et la température des Mathoeufs ? Où en sommes-nous d’un héraldique Mathoeuf ? Nous allons tenter de répondre à ces questions en couleurs et en musique.

Les études les plus sérieuses en matière de vision réalisées ces vingt dernières années sur des pans entiers de la population Mathoeuf constatèrent que si la vision « pure » (c'est-à-dire concernant uniquement la netteté des objets, l’acuité visuelle, les changements rapides de focus, l’adaptation à une sous ou à une sur-luminosité) était parfaite et même dépassait celle des humains, la vision colorée présentait quelques défauts graves par rapport à la notre. (NB : peut-on vraiment parler de défaut grave de la vision sous prétexte qu’elle diffère de la nôtre ? De tels jugements de valeurs ne sont bons que pour les créationnistes qui pense que Mathoeufs et humains ont été créés en six jours il y a quelque sept ou six mille ans.) Les Mathoeufs semblent posséder une vision des couleurs moins développée que la nôtre, ceci concernant essentiellement la capacité de différencier plusieurs couleurs d’une même famille.

Des expériences furent réalisées en laboratoire sur des Mathoeufs consentants avec le professeur Charençon et moi-même. Quand la majorité des sujets humains pouvaient distinguer par exemple ce vert  (fig. 1) de cet autre vert (fig.2), les mathoeufs, eux, en étaient incapables. Placés côte à côte, le vert de la figure 1 et le vert-turquoise de la figure 2 étaient considérés comme les mêmes par l’écrasante majorité des Mathoeufs testés.

Mais il y a plus fort : si l’on place le même vert de la figure 2 à côté du bleu cyan de la figure 4, il paraîtra du même bleu cyan que la figure 4. De même, si l’on place le vert de la figure 1 à côté d’un jaune-vert (figure 6), il semblera vert. Placé à côté d’un jaune, il semblera jaune. Nuances_et_perception_des_couleurs__un_beau_matin_d_hiver

Des essais sur la mémoire colorée des Mathoeufs montrèrent ensuite que cette assimilation de deux couleurs proches sur le plan spectrale placées côte à côte entrait en conflit avec les aprioris colorés des mathoeufs. Si le Mathoeuf a été fortement impressionné par un environnement coloré vert pendant un moment (lors d’une ballade en forêt en été, par exemple), un objet turquoise moyen leur semblera vert.

On remarquera cependant que les nuances trop prononcées leur paraîtront désaturées.

D’où l’on peut conclure que la vision colorée des Mathoeufs repose à la fois sur une assimilation en référence à son environnement direct, et à la fois sur une injonction de sa mémoire visuelle. On dit que la vision colorée des Mathoeufs repose sur des couples déséquilibrés de couleurs dominantes et de couleurs dominées. (NB : Cette assertion n’est valable qu’en référence à notre propre perception, les Mathoeufs n’ayant pas la connaissance des nuances et ne l’ayant jamais eu.)

Il est difficile d’imaginer ce que peut être le monde coloré des mathoeufs. Voici par exemple le spectre d’émission d’un citron et ce que les Mathoeufs en perçoivent :

fig_1_et_2_zone_d__mission_spectrale_d_un_citron_et_zone_de_visibilit__synth_tis_e_par_l_oeil_du_matheuf_un_beau_matin_de_printemps

Et voici un schéma présentant les zones visibles par les Mathoeufs. Sch_ma_perception_fictive_des_couleurs_totalit__du_spectre

Beaucoup de scientifiques ont considéré cette modalité de perception comme une tare et une perte ; il n’en est rien car, si nous pouvons percevoir une variété infinie de nuances, les Mathoeufs eux perçoivent des couleurs à leur plus forte saturation. De tous les animaux, ils doivent être les seuls capables de reconnaître et d’absorber chaque longueur d’onde spectrale dans son maximum d’intensité. Le monde coloré des Mathoeufs doit être un carnaval violent de couleurs absolues et agressive. Les concernant nous devrions dire « LE rouge », « le jaune », « le vert », « le bleu ».

Les études les plus récentes se sont attelées à la dissection de l’œil du Mathoeuf.

Il ressemble à l’œil humain, à ceci près qu’il ne comprend pas d’iris, mais une surface photosensible qui obstrue la pupille qui noircit légèrement aux trop fortes lumières et qui préserve ainsi les capteurs lumineux d’une décharge lumineuse trop importante.

Contrairement à l’œil humain, l’œil du Mathoeuf ne comprend pas deux types de cellules différentes (cônes, percevant les variations lumineuses, et bâtonnets, percevant les variations colorées du spectre. )  mais une seule cellule géante tapissant le fond de sa rétine gluante et remplissant les deux rôles.

C’est une masse indéterminée présentant une première couche, très mince, captant les différences de luminosité. Le reste du tissu renferme différents gaz rares réagissant chacun à une longueur d’onde spécifique. Face à un objet vert, ou verdâtre, les capteurs gazeux du Mathoeuf se déclencheront plus ou moins, et enverrons un influx nerveux au cerveau, d’une nature spécifique. De cette réaction chimique puis électrique, le cerveau fera une moyenne, en fonction d’une part de l’environnement immédiat et d’autre part de la mémoire colorée du Mathoeuf.

La couleur possède un rôle capital dans la vie du cerveau d’un Mathoeuf car elle définit la chaleur du cerveau. Les longueurs d’onde longues (rouge, orange, jaune), froides, seraient plus propices à la réflexion pour un mathoeuf ( puisqu’un cerveau froid est un cerveau calme)  tandis que les ondes courtes sont plus chaudes et excitent le cerveau du Mathoeuf. On a vu des mathoeufs subir des hémorragies cérébrales car placés dans des chambres violettes.

Ceci explique la nécessité absolue de leurs filtres oculaires, qui les préserve de trop de chaleur. Ils sont de fait particulièrement sensibles aux ultraviolets et aux infrarouges,  et l’ablation de cet organe les condamnera à la mort.

C’est déjà beaucoup pour ce soir, et un peu technique. Je vous en prie frères et sœurs humains, repassez sous peu : bientôt d’autres choses concernant les Mathoeufs.

Puis la suite de mon roman. « roman ».

Posté par monsieure à 17:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


Commentaires sur Les Mathoeufs, leur Vision.

    "On a vu des mathoeufs subir des hémorragies cérébrales car placés dans des chambres violettes"
    Thank you very much, you made me laugh. And I quite need to laugh these times. Don't worry, it's only the prépa .
    Hope everything's well for you. See you (I don't know when by the way). XX

    Posté par Caramel, dimanche 21 mars 2010 à 18:40 | | Répondre
  • les mélanges additifs soustractifs, et optiques ne sont pas ma tasse de thé. Mais j'aime bien barbouiller un peu dans l'acrylic parfois

    Posté par plasmat, dimanche 28 mars 2010 à 20:01 | | Répondre
  • Ces mathoeufs ont un fonctionnement très intéressant !
    Et google propose des publicités pour des tests du daltonisme sur la même page...

    Posté par Guillaum, lundi 29 mars 2010 à 21:20 | | Répondre
  • Cl.: Merci, je suis heureux que cela fasse rire des gens.
    Plasmat: Je suis d'accord avec vous, c'est un peu ("un peu") technique, mais il faut en passer là pour le bien de l'avancée des connaissances...
    Guillaum: je suis toujours très étonné des publicités google. Chez les Dermestes, j'ai autant de "traîtez votre maison contre les mites" que de "trouvez l'âme soeur". Que comprendre?

    Posté par Monsieur, lundi 29 mars 2010 à 22:59 | | Répondre
Nouveau commentaire